bandeaumedias

Presse

Compte rendu, concert. Maisons Alfort, Théâtre Debussy. Vendredi 27 novembre 2015

Pendant toute la première partie du programme généreusement double (associant non sans pertinence le Mozart lyrique et symphonique), la jeune diva coloratoure Julia Knecht affirme non seulement un tempérament ardent et continu mais aussi une ténacité digne des plus grandes cantatrices car la succession des airs enchaînés est en soi un premier défi vocal et dramatique : il faut saisir et projeter enjeu émotionnel et dramatique de chaque air...

La Flûte enchantée comme un conte de fées

"la Reine de la nuit (Julia Knecht) avec des aigües assurés et une voix très solide..."

Une Flûte pour tous les âges

"...et Julia Knecht se tire avec les honneurs des deux périlleux airs de la Reine de la nuit."

Ibsen coupé, mais Grieg magnifié

" Julia Knecht, beau soprano émouvant, chante la plainte d’Ingrid avant d’incarner Solveig à trois reprises."

Peer Gynt à Dijon : l’intégrale

"la curiosité est satisfaite : la pièce de théâtre et sa musique nous déroutent et nous charment à la fois."

« Don Giovanni » à Bastia

Julia Knecht fut une Donna Anna que l’on peut qualifier de l’épithète privilégiée de « mozartienne ».

A Bastia, un Don Giovanni débordant de vie et d’inventivité

"Quant à la Donna Anna interprétée par Julia Knecht, elle est époustouflante : touchante, avec une grande pureté vocale, et une incarnation scénique juste et marquante – bravo."

Don Giovanni au Théâtre de Bastia – Prégnante étrangeté – Compte-rendu

"Vraie révélation que la Donna Anna de Julia Knecht : elle brûle les planches et éblouit par la beauté d’une voix aussi homogène que parfaitement à l’aise dans les vocalises."