bandeaumedias

Presse

Julia Knecht envoûte le public – République du Centre

Jeune soprano que plébisciteront demain les scènes internationales, la cantatrice Julia Knecht a imprégné les voutes de l'abbatiale Saint-Pierre de son amour de Mozart.

Une merveilleuse soprano colorature au Palais – 07/2017

Le prochain concert d’Artemonia donnera l’occasion à Bertrand Latour d’accueillir dans le merveilleux Salon Impérial de l’Hôtel du Palais à Biarritz une merveilleuse soprano colorature, accompagnée par le pianiste Olivier Cangelosi.

Saint-Robert a conclu sa 44e édition avec l’Orchestre de chambre de la Nouvelle Europe

"L'orchestre a été fidèle à sa réputation sous la baguette exigeante de Nicolas Krauze, mais la vraie surprise est venue de Julia Knecht. Cette jeune soprane d'origine corse a ajouté à sa grâce naturelle un jeu expressif et habité. Avec une puissance vocale incroyable et une présence appuyée par sa belle robe bleue, la jeune soprane a déployé tout son talent du Furia de Vivaldi au très bel E strano, air fameux de La Traviata, en passant par le si difficile et majestueux air de La Reine de la Nuit ..."

L’Orchestre Idomeneo à Sully sur Loire et Auvers sur oise

(...)Sa lecture de la symphonie mozartienne dialogue ici avec plusieurs airs d’opéras où perce le diamant aigu, affûté, percutant et tendre aussi de la jeune soprano Julia Knecht : qu’elle soit Elvira et même la Reine de la nuit, la voix s’alanguit, murmure, déclame, rugit sans faiblir… le délicat dosage du chant orchestral combiné avec la voix soliste offre une spectaculaire palette de sentiments contrastés(...)

Libre elle est née, et libre elle mourut

On saluera d'autant plus bas l'équipe de chanteurs réunie par l'Opéra de Reims pour cette création mondiale, même si aucun des personnages secondaires ne tire la couverture à soi (mentionnons quand même le timbre claironnant du contre-ténor Nicolas Zielinski, ou la brillante soprano Julia Knecht).

Compte rendu, concert. Maisons Alfort, Théâtre Debussy. Vendredi 27 novembre 2015

Pendant toute la première partie du programme généreusement double (associant non sans pertinence le Mozart lyrique et symphonique), la jeune diva coloratoure Julia Knecht affirme non seulement un tempérament ardent et continu mais aussi une ténacité digne des plus grandes cantatrices car la succession des airs enchaînés est en soi un premier défi vocal et dramatique : il faut saisir et projeter enjeu émotionnel et dramatique de chaque air...